La quête de l’équilibre

Ecrit par Isabelle Dagenais le 15 octobre 2009 – 23:04 -

Nous avons besoin de saisir, avec notre cœur, l’importance de notre rôle, mais aussi de notre être. Il est possible de nous accomplir en respectant nos besoins et nos valeurs.

Nous, les mamans d’aujourd’hui nous avons besoin de comprendre que notre qualité de mère n’a d’égal que notre qualité en tant qu’être humain. Nous sommes des êtres extrêmement importants pour le développement de l’humanité. Chacune d’entre nous a l’opportunité de se découvrir pleinement à travers la maternité.

En tant que femme et mère nous recherchons cet équilibre entre ces deux rôles. Malheureusement, il nous arrive de nous sentir coupables de nous réaliser ou au contraire de ne pas nous réaliser. Nous voudrions davantage de temps avec nos enfants tout en en ayant le sentiment d’être utiles à la société, et ce, même si nous sommes conscientes que d’avoir des enfants est une contribution à la société!

Ce dilemme intérieur est source de souffrance pour plusieurs d’entre nous. Chacune doit trouver son équilibre et ce qui lui convient en ce moment! Aucune norme ou règle n’est à suivre concernant ces ajustements par rapport à nos rôles. Le discours de la société et l’image véhiculée n’est le portrait que d’un certain nombre de mères.

  • Nous avons donc avantage à identifier comment nous souhaitons vivre notre maternité et notre individualité.
  • Nous avons besoin de savoir que nous ne sommes pas les seules dans cette quête de l’équilibre.
  • Nous devons reconnaître que cette recherche dure dans le temps et qu’elle ne sera jamais définitive.Nous devons nous définir et nous ajuster à notre réalité.
  • Nous avons besoin de prendre confiance en nos capacités et en notre jugement.
  • Nous avons besoin de parler de nos doutes, de nos questionnements, de nos émotions en tant que femme et mère.

Voici quelques questions de réflexion qui peuvent contribuer à nous définir et à reconnaître la mère que nous sommes. N’oublions pas que plusieurs facteurs influencent et influenceront la mère que nous sommes.

Être maman

  • Quel type de mère est-ce que je voulais être?
  • Quel type de mère est-ce que je suis maintenant?
  • Quel type de mère est-ce que je souhaite devenir?

Être moi

  • Quelles sont mes valeurs?
  • Qu’est-ce qui me fait du bien?
  • Quels sont les aspects de ma personne qui nuisent à mon épanouissement en tant que maman?
  • Quelle est ma définition de l’équilibre?
  • Comment puis-je parvenir à atteindre l’équilibre?

La maternité représente pour la majorité des mères une occasion de se connaître véritablement et de se dépasser. Il est normal de résister à cette découverte de soi puisqu’elle nécessite de notre part beaucoup de courage et de laisser-aller. Cette découverte se fait plus ou moins rapidement avec plus ou moins de souffrance selon ce que nous avons à découvrir. Il est illusoire de croire que la maternité éveillera que le meilleur en nous. La maternité peut nous faire découvrir une part d’ombre et cela donnera une couleur particulière à notre expérience.

La mère qui découvre son côté sombre à travers la maternité aura besoin de soutien, d’amour et de compassion. Alors, elle pourra mettre de la lumière sur son expérience en acceptant sa façon d’être et en cherchant à comprendre ce qui est touché en elle. La femme qui au contraire quitte cette zone d’ombre une fois qu’elle devient maman se découvre plus douce, plus affectueuse et plus patiente qu’à l’habitude. Elle se réjouit donc de ce reflet positif sur sa vie.

Avant de devenir maman, combien de femmes parmi nous doutions de notre valeur en tant qu’être humain? Nous souhaitons toutes être une bonne personne comme nous souhaitons toutes être une bonne mère! Le lien est très intéressant puisque certaines femmes, une fois devenues maman, se sentent confirmées dans leur insuffisance ce qui créé de la souffrance, alors que d’autres se sentent enfin suffisantes et ressentent un apaisement. Cela démontre bien l’importance de s’apprécier en tant que personne, car c’est la fondation de notre bonheur!

La réalité de la maternité est très complexe et elle peut engendrer de nombreuses remises en question. Lorsque la souffrance émotionnelle est présente, nous devons prendre soin de nous et accepter que notre façon de vivre la maternité ne corresponde pas à nos attentes ou à notre idéal. Heureusement, il est possible de trouver un bien-être en devenant consciente de nos enjeux personnels et de ce que nous devons apprendre.

Quel que soit le chemin que nous empruntons vers cette découverte de soi, nous pouvons être convaincues qu’il est pertinent et significatif pour notre épanouissement en tant que mère et femme!


Posté dans Tous mes articles | Aucun Commentaire »

Maman en contrôle

Ecrit par Isabelle Dagenais le 1 octobre 2009 – 23:07 -

Les changements liés à la maternité sont nombreux! L’un de ceux-là est la dynamique du couple. Y a-t-il danger en la demeure?

Les couples doivent s’adapter à une nouvelle réalité puisque chacun y joue un nouveau rôle. Pour s’y adapter, beaucoup de mères prennent le contrôle du bien-être du bébé. Mais qu’arrive-t-il quand ce besoin de contrôle prend beaucoup et même trop de place? Quelles sont les conséquences possibles de ce contrôle sur notre relation amoureuse?

Notre enfant

En tant que maman notre priorité est le bien-être de notre enfant. Nous déterminons ce qui lui convient le mieux au niveau de son alimentation, de son sommeil et de sa routine. Nous devons prendre des dizaines de décisions par jour… Nous répondons à ses besoins et parfois nous en faisons plus que ce qui est vraiment nécessaire. Nous sommes responsables et en contrôle. Dans le cas où nous avons un tempérament quelque peu inquiet, nous craignons de perdre ce contrôle et cette peur nourrit le besoin de contrôler…

Ce besoin de contrôler est dû en partie à une insécurité et au désir que les choses se déroulent bien. Nous voulons éviter que des situations désagréables se produisent, car nous ne voulons pas être déstabilisées et vulnérables.

Notre conjoint

Bien que ce contrôle puisse être profitable pour notre enfant, il en va autrement pour notre conjoint. Il faut admettre que nous pouvons être exigeantes envers notre conjoint. C’est comme si nous transposions nos exigences envers nous-mêmes sur celui-ci. Nous savons qu’il ne peut répondre à toutes nos attentes, puisque la perfection n’existe pas, et pourtant…

Le contrôle que nous exerçons envers notre conjoint, le père de nos enfants, est rarement profitable. N’ayons pas peur des mots, nous sommes nombreuses à infantiliser notre conjoint! Ce que cela signifie, c’est que nous agissons avec lui, par moment, comme s’il était notre enfant. Comment cela se manifeste-t-il? Par le ton sur lequel nous lui parlons, nous nous adressons à lui comme si nous étions en position d’autorité. Sans oublier le regard désapprobateur, le même que celui qu’on a envers un enfant qui a mal agit.

Voici des exemples de comportements infantilisants que nous pouvons avoir envers notre conjoint :

  • Critiquer sa manière de faire;
  • Ridiculiser sa façon d’être avec l’enfant;
  • Vouloir qu’il agisse comme nous;
  • Lui demander de justifier sa décision ou son action.

Reconnaître que nous agissons parfois ainsi n’est pas facile, mais c’est la première étape pour améliorer notre situation.

Beaucoup d’hommes sont très coopératifs lorsque nous sollicitons leur collaboration de façon précise, mais leur motivation s’affaiblit lorsque nous supervisons ce qu’ils font. Ils se sentent infantilisés et ils perçoivent nos commentaires comme un manque de confiance. Même si notre intention n’est pas de l’infantiliser, les effets néfastes sont bien réels. D’ailleurs, nous sous-estimons l’impact que ce besoin de contrôle peut avoir sur notre vie de couple et plus particulièrement sur notre vie sexuelle!

Conséquence

Si nous avons le sentiment d’être responsables de notre amoureux comme de notre enfant, cela influence la perception que nous avons de notre conjoint. À ce moment, il devient comme un enfant à nos yeux et non plus un partenaire. Comment alors se confier et avoir confiance que nous serons soutenues? Comment faire la transition, le temps venu, entre une perception infantilisante et celle d’un homme? Et comment mettre de côté le ressentiment accumulé?

Plusieurs d’entre nous éprouvent de la difficulté à faire, au moment opportun, la transition entre la maman et l’amante! Imaginez le défi que représente de devoir modifier la perception que nous avons de nous-mêmes et celle que nous avons envers notre conjoint avant de faire l’amour! Mieux vaut dormir…

Sérieusement, nous ne pourrons pas toujours exclure la femme en nous. Nous devrons trouver un certain équilibre et il se situe dans la définition de nos rôles. Notre relation avec notre conjoint est différente de celle que nous avons avec notre enfant, nous devons donc modifier notre façon d’interagir selon la personne qui est devant nous!

Il va sans dire que notre conjoint a lui aussi sa part de responsabilités et qu’il doit prendre sa place dans cette dynamique familiale, mais puisque nous n’avons pas de pouvoir sur les autres aussi bien s’occuper de nous-mêmes!

Agir autrement

Il est possible de modifier nos comportements si nous le souhaitons. Nous devons d’abord reconnaître notre façon d’agir sans se blâmer inutilement. Nous pourrions attendre que notre conjoint change, mais à quel prix? Que désirons-nous vraiment? Une relation de couple égalitaire ou frustrante? Les changements que nous effectuerons seront également bénéfiques pour notre conjoint.

Voici un petit rappel concernant les changements que nous pouvons appliquer :

  • Faire des demandes claires. Exemple : J’ai besoin d’aide; veux-tu faire la vaisselle? Attention aux insinuations : Pour une fois ferais-tu la vaisselle?
  • Exprimer ce que nous ressentons plutôt que de blâmer l’autre.
  • Écouter, sans argumenter, quand notre conjoint exprime une frustration.
  • Réduire nos attentes envers soi et envers notre conjoint.
  • Prendre conscience de notre façon de parler à notre conjoint (y a-t-il une différence dans notre ton selon que nous parlons à notre enfant ou à notre conjoint?)

Prendre soin de la femme en nous

En tant que parents nous nous complétons dans nos forces et dans nos limites. Nous sommes des êtres responsables et autonomes avec des opinions et des valeurs parfois différentes. Il ne s’agit pas d’identifier qui est le meilleur, mais de prendre conscience que nous contribuons tous les deux à l’évolution de notre enfant!

La relation du couple est souvent ébranlée suite à la naissance d’un enfant et cela exige de notre part un engagement encore plus grand! N’oublions pas qu’au départ notre rêve était de créer une famille unie!


Posté dans Tous mes articles | Aucun Commentaire »