Et si on se donnait le temps de devenir… mère!

Ecrit par Isabelle Dagenais le 6 avril 2011 – 13:10 -

Et si on se donnait le temps de devenir… mère! par Isabelle Dagenais

Il y a plusieurs années alors que je débutais mon stage en enseignement, mon maître de stage avait dit ceci : donnez-vous cinq ans pour vous définir comme professeur. D’ici là vous connaîtrez vos forces, vos limites et vous aurez une meilleure connaissance de vous-mêmes ! Quel beau parallèle à faire avec le processus de devenir mère!

Le fait de se retrouver devant une classe ou de se retrouver avec notre bébé dans les bras ne signifie pas pour autant que nous maîtrisions la situation. Et puis si autant d’années sont nécessaires pour se connaître en tant qu’enseignante, n’est-il pas logique de considérer que de devenir mère peut en demander autant ?

La transition

L’arrivée d’un enfant est sans aucun doute l’une des transitions les plus importantes de notre vie! Celle-ci marque la fin d’une situation à laquelle nous étions habituées et le bonheur ressenti ne change pas le fait que nous devions nous adapter à une nouvelle réalité. Car tous les changements importants de nos vies, même ceux désirés, ont le potentiel de créer un bouleversement dans nos vies! Heureusement, ils représentent aussi des opportunités d’épanouissement incroyables! Évidemment, la transition de femme à maman ne se vit pas avec la même intensité pour chaque femme mais elle génère pour la majorité d’entre nous des :

  • Questionnements
  • Angoisses face à l’inconnu et aux changements
  • Émotions intenses et variées
  • Craintes de perdre sa définition de soi-même

Il est donc normal de se demander qui nous sommes et d’avoir le sentiment d’avoir perdu nos repères. Rappelons-nous qu’il s’agit d’une transition et que cela est donc passager. Pour certaines mères le deuil de leur vie de femme sans enfant se vivra plus difficilement et leur demandera plus de temps.

La maturité

Être maman exige de notre part de la maturité, le sens des responsabilités et une certaine capacité de don de soi. Les sacrifices que nous devons faire et les changements imposés par cette nouvelle réalité peuvent nous amener à constater que nous ne sommes pas aussi matures, responsables et altruistes que ce que nous croyions. Nous devons donc nous donner le temps d’acquérir cette maturité, l’amour que nous portons à notre enfant nous permettra de développer ces facultés et d’être un parent responsable !

Favoriser l’adaptation

  • Accueillir les émotions

Il est souhaitable de prendre le temps de ressentir et d’exprimer ce que nous ressentons franchement et sans honte. Exprimer ce que nous ressentons nous permettra d’accélérer le processus d’acceptation.

  • Éviter de juger notre façon d’être

Comme il est facile de se juger et de se dire que nous devrions simplement être heureuses et comblées par la maternité comme les autres mères de notre entourage! Or c’est justement dans ces moments que nous aurions avantage à être compréhensive envers nous-mêmes.

  • Se faire confiance par rapport à notre capacité de vivre cette période

Nous pouvons faire face aux changements en puisant dans nos compétences et nos qualités. Rappelons-nous que de demander du soutien est une démonstration de notre engagement à notre bien-être et à celui de notre enfant !

  • Entendre le sens de cette transition

Qu’est-ce que j’ai à apprendre de cette situation est une question qui nous ouvrira à une meilleure compréhension de ce que nous vivons! La maternité est une expérience riche en apprentissages.

· Éviter la question « Pourquoi moi? »

Pourquoi moi? Voilà une question qui peut hanter la mère qui vit une situation difficile en lien avec son accouchement, avec l’allaitement ou encore concernant la santé de son bébé ! Cette question est dévastatrice puisqu’il est impossible d’y trouver une réponse satisfaisante et elle crée beaucoup de souffrance intérieure. Aucune réponse ou justification n’apportera le réconfort tant désiré puisqu’elle se sent pénalisée ou traitée injustement! Il est difficile de reconnaître que la justice n’est pas déterminée selon qui on est et que le fait d’être une bonne personne n’est pas suffisant pour obtenir ce que l’on désire. Reconnaître que les expériences difficiles sont à la base de notre cheminement nous permettrons d’accepter plus facilement notre réalité.

Mission accomplie

Nous savons que nous nous sommes adaptées à notre nouvelle vie lorsque :

  • Nous ressentons plus de joie que de peurs face à ces changements.
  • Nous avons découvert de nouvelles ressources à l’intérieur et à l’extérieur de soi.
  • Nous acceptons mieux l’écart entre la mère que nous pensions être et celle que nous devenons.

Il va de soi qu’être maman est une série de transitions qui contribueront à notre cheminement personnel et qui nous permettrons de nous connaître davantage au fil du temps. L’autonomie de notre enfant, sa puberté, son adolescence et sa vie d’adulte seront des transitions importantes pour nous, comme pour lui. Nous pourrons donc l’accompagner grâce à la maturité que nous avons su développer un jour à la fois…

 

Tous droits réservés


Posté dans Tous mes articles | Aucun Commentaire »

Quel type de mère êtes-vous?

Ecrit par Isabelle Dagenais le 6 avril 2011 – 13:08 -

Quel type de mère êtes-vous? par Isabelle Dagenais

Au fil des ans j’ai remarqué qu’il y avait certaines caractéristiques communes chez les mères que j’ai regroupé sous trois types : intense, indispensable, perfectionniste. De toute évidence il en existe davantage mais celles-ci regroupent un grand nombre de mères que j’ai rencontrées.

Notre façon d’être mère s’installe subtilement et souvent inconsciemment. Nous nous adaptons du mieux que nous pouvons à notre nouveau rôle et nous ne nous apercevons pas toujours de cette transformation. Étant donné qu’il est difficile d’avoir du recul sur soi-même, je vous propose ce texte comme une occasion de vous regarder sous un angle différent.

Pourquoi prendre ce recul? Parce que cette façon que nous avons d’être mère a des conséquences pour soi et pour notre famille. À partir du moment où nous en serons conscientes nous pourrons choisir si cela nous convient vraiment ou s’il est préférable de modifier notre manière d’être!

Êtes-vous du type intense, indispensable ou perfectionniste ?

Intensément maman

Quelle sont les caractéristiques d’une maman intense? Celle-ci s’investit beaucoup auprès de son enfant. Elle dira que si elle a eu un enfant c’est pour s’en occuper! Elle résistera donc aux propositions de gardiennage car elle ne veut pas laisser son enfant. De toute manière elle considère que son rôle de mère est prioritaire à celui d’amoureuse. Elle s’éloigne de son partenaire et fait le plein d’affection en prenant soin de son enfant. Son côté femme est sur pause et elle prévoit y revenir lorsque les enfants seront plus grands. Cela ne l’empêchera pas de faire l’éloge de la famille mais elle semble négliger le fait que la base d’une famille unie est le couple. Témoin de cet éloignement le conjoint croit souvent que la situation sera temporaire et attend le retour de jours meilleurs!

Une maman de type intense croit que pour être une bonne mère, elle doit consacrer tout son temps et son amour à son enfant.

Maman indispensable

Comment reconnaît-on une maman indispensable? Elle est très sélective concernant les personnes qui pourront prendre son bébé et elle intervient dès que son bébé chigne. Elle refuse les offres d’aide et ne recherche pas l’implication du père. Il faut savoir que la mère qui prend soin de son enfant de façon presque exclusive ressent une grande fierté! C’est souvent la première fois qu’elle se sent aussi importante et utile! Alors que certains hommes se sentent inutiles ou encore incompétents en tant que père. Ils laisseront alors la place à la mère et attendront qu’elles demandent du soutien. Pour d’autres se sera positif puisqu’ils n’auront pas à trop s’impliquer auprès de leur enfant.

Une maman de type indispensable croit que pour être une bonne mère, est doit être celle qui console, nourrit et endort son bébé et donc que personne ne peut la remplacer!

Maman perfectionniste

La maman perfectionniste aura besoin de prévoir, d’organiser et de contrôler. Ce type de mère s’inquiète et appréhende ce qui est hors routine. Pour se sécuriser elle prévoira toutes les possibilités et s’assurera qu’elle a ce qu’il faut au cas où…D’ailleurs elle se féliciterait d’avoir prévu des vêtements de rechange si son enfant se salissait lors d’une fête, par exemple. Elle acceptera de confier son enfant à une autre personne mais elle voudra d’abord lui transmettre ses consignes oralement et par écrit. Le père pourra prendre l’initiative de compléter le sac à couches mais elle vérifiera son contenu avant le départ. Il ne faut manquer de rien pour éviter le plus d’inconvénients possibles! Dans cette situation les hommes peuvent avoir le sentiment qu’ils ne font pas les choses adéquatement. Ils peuvent se sentir infantilisés par leur conjointe.

Une maman de type perfectionniste croit que pour être une bonne mère, elle doit tout planifier pour prévenir les situations désagréables, inconfortables ou douloureuses pour son enfant.

Précisions

N’oubliez pas que ces trois types sont un regroupement de caractéristiques. Devenir mère est un long processus qui est très complexe et donc il va de soi que ces types de mère ne sont représentatifs de toutes les mères. Dans le cas où vous vous seriez reconnues, je vous propose de poursuivre la lecture pour mieux saisir ce qui vous motive à agir comme vous le faites.

Pourquoi agissons-nous ainsi?

Que nous soyons de type intense, indispensable ou perfectionniste nous agissons ainsi parce que nous y retirons des avantages! La valorisation personnelle que nous en retirons est notre bénéfice le plus important et c’est ce qui maintient notre façon d’être. En agissant ainsi nous avons le sentiment d’être une bonne mère.

L’insécurité, la peur ou l’anxiété est souvent présente dans notre réalité et elle influence notre façon d’être avec notre enfant.


Conséquences

Que nous soyons de type intense, indispensable ou perfectionniste notre façon de faire aura des conséquences à court ou à long terme. En voici des exemples :

– Fatigue et lourdeur

– Surcharge émotionnel

– Ressentiment envers le conjoint

– Anxiété

– Absence d’une vie affective et sexuelle

– Conflits amoureux

– Découragement

– Désengagement envers l’enfant

– Tristesse

– Sentiment de s’être perdue comme femme

– Isolement

– Peu d’implication de la part du conjoint

– Dépendance de l’enfant envers sa mère

– Conséquences sur l’enfant

– Dépression

– Séparation

Apporter un changement

Tant que nous considérons qu’il y a plus d’avantages que d’inconvénients à notre situation nous serons peu intéressées à faire un changement. En prenant conscience des conséquences possibles nous pourrons être plus attentives et s’éviter des conséquences désagréables pour soi, pour notre conjoint et pour notre enfant.

– Choisir entre : entreprendre un processus de changement ou maintenir notre façon d’être et attendre que les inconvénients s’intensifient.

– Être attentive à nos comportements.

– En parler à notre conjoint il pourra mieux comprendre nos motivations.

– Tenir compte des commentaires de notre conjoint puisqu’il est près de nous sans être comme nous.

– Trouver d’autres sources de valorisation dans notre vie.

– Se rappeler qu’il s’agit d’un processus donc d’être patiente et indulgente envers soi.

 

Tous droits réservés


Posté dans Tous mes articles | Aucun Commentaire »