La dépression post-partum

Ecrit par Isabelle Dagenais le 23 novembre 2011 – 22:38 -

(Source site Revivre)

Avoir un enfant est censé être l’un des moments les plus heureux de la vie d’une femme. Or, ce n’est pas le cas pour un grand nombre d’entre elles. La grossesse et la maternité peuvent provoquer une véritable détresse émotionnelle. Plusieurs femmes se sentent coupables ou ont honte de leurs émotions si elles n’assument pas facilement leur rôle traditionnel de « mère ». La poussée d’émotions et d’activités qui entourent une grossesse et la naissance d’un enfant peut rendre difficile la distinction entre les humeurs causées par la fatigue et les fluctuations hormonales et un véritable trouble de l’humeur.  
Il est important de se rappeler que vous n’êtes pas seule et que les troubles de l’humeur du post-partum peuvent être soignés. Vous n’avez rien fait de mal et ce n’est pas un problème qui concerne votre aptitude à être une bonne mère. Obtenir de l’aide est la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre bébé et vous-même. 

Vous vous demandez si vous souffrez d’une dépression postpartum ?

Voici quelques questions à vous poser: Source Société canadienne de la pédiatrie

  1. Qu’est-ce que ça vous fait d’être une nouvelle mère?
  2. Prenez-vous plaisir à avoir votre nouveau bébé?
  3. Trouvez-vous qu’il est facile ou difficile de vous occuper de votre nouveau bébé?
  4. Comment se passent les choses dans votre famille?
  5. Vous reposez-vous assez?
  6. Comment est votre appétit?
  7. Depuis un mois, vous êtes-vous souvent sentie découragée, déprimée ou désespérée?
  8. Depuis un mois, vous est-il souvent arrivé d’avoir peu d’intérêt ou de plaisir à faire les
        choses?

 

Les symptômes d’un trouble de l’humeur du post-partum (source site Revivre)

Si vous avez quelques-uns des symptômes suivants pendant plus de deux semaines après votre accouchement, vous souffrez peut-être d’un trouble de l’humeur du post-partum et vous devriez obtenir rapidement une évaluation professionnelle. Vous n’êtes pas la seule. Parlez-en !

· Un sentiment de tristesse la plupart du temps

· Une perte d’intérêt ou de plaisir dans tout ou dans la plupart des choses

· Un épuisement chronique qui ne disparaît pas, même après une bonne nuit de sommeil

· Une irritabilité extrême, la frustration ou la colère

· Des sentiments de désespoir

· De la difficulté à dormir, même lorsque le bébé dort

· Une perte d’appétit ou des excès de nourriture

· De la difficulté à penser, à se concentrer ou à prendre des décisions

· Pleurer sans raison

· Aucun intérêt manifesté à l’endroit de votre bébé ou aucun plaisir en sa présence

· Des sentiments écrasants de culpabilité, de n’être bonne à rien ou de ne pas être à la hauteur de la situation

· Des pensées effrayantes dans lesquelles vous faites du mal à votre bébé

· L’anxiété ou des crises de panique

· Aucune envie d’être avec des amis ou la famille

· Une inquiétude extrême au sujet de la santé de votre bébé

· Un sentiment d’agitation ou d’être au ralenti

· Des pensées suicidaires ou de fréquentes pensées sur la mort

 Vous craignez faire du mal à votre bébé ou à vous même ? Ne restez pas seule avec votre enfant.

Comment traite-t-on la dépression post-partum?  (Association canadienne pour la santé mentale)

Les méthodes utilisées pour traiter la dépression post-partum comprennent la thérapie, les réseaux de soutien et la pharmacothérapie (c’est-à-dire les antidépresseurs). La psychothérapie s’est avérée être un traitement efficace et un choix acceptable pour les femmes qui souhaitent éviter de prendre des médicaments pendant l’allaitement.

Affronter la dépression post-partum (Association canadienne pour la santé mentale)

Vous devez d’abord garder à l’esprit que vous n’êtes pas seule. Presque 20 % des nouvelles mamans connaissent une dépression post-partum. Il est également important de se rappeler que ce n’est pas votre faute. Voici quelques suggestions pour affronter la dépression post-partum :

  • Ne restez pas seule avec vos pensées et vos émotions
  • Contacter votre CLSC
  • Concentrez-vous sur les buts à court terme plutôt que sur ceux à long terme. Faites une activité agréable à chaque jour comme faire une promenade, prendre un bain ou parler avec une amie.
  • Passez du temps avec votre conjoint ou vos amies intimes.
  • Exprimez vos sentiments et demandez de l’aide.
  • Consultez votre médecin et tentez de trouver un groupe de soutien local.

Si vous croyez qu’une amie ou une femme de votre famille souffre d’une dépression post-partum, appuyez-la et rassurez-la. Vous pourriez être en mesure de la référer vers des sources d’informations utiles au sujet de la dépression post-partum. Soulager l’isolement qu’elle ressent est une étape importante au rétablissement.

Vous souhaitez participer à un groupe de soutien pour rencontrer d’autres mères et pour parler de ce que vous vivez ?

Écrivez-moi: idagenais@hotmail.com

Notez que ce groupe n’est pas une thérapie et ni une ressource médicale.


Posté dans Tous mes articles | Aucun Commentaire »